Aéro-club St Brieuc Armor

Vous êtes ici : Accueil du site > Petites histoires > Tonneau en montée verticale.
Publié : 26 décembre 2006

Tonneau en montée verticale.

Un extra au programme ab initio.

Tonneau en montée verticale.

JPEG - 956.6 ko
Voltige passion.
Éprouver un maximum de sensations et d’émotions en une seule figure. Avion aux extrêmes limites.

Avion École, pour grimper au ciel. L’aile de douze mètres, coincée entre les bidons, ne peut rivaliser avec le taux de roulis d‘un CAP 232. La voltige de compétition n’est pas au programme de l’école de début. Le roulis est plus lent, sur une longue trajectoire, on a le temps d’en profiter. Clap Troisième ! ACTION ! Sur son axe à 17000 pieds, coup d’œil, ailerons flip ! flap ! personne en dessous ? Piqué, prise de vitesse, 240 kts pour un retournement. Cabré 45°. Demi-tonneau. Top ! Ergonomiquement il est plus aisé de mettre le manche à gauche, la main droite, par nature, va plus librement de ce côté. Passage dos, soutenu avec un poil de profondeur vers l’avant, 120 kts. On pendouille, retenu par les bretelles cuissardes. Tête en arrière pour voir l’axe. Puis la bascule. Un piqué vertical, nez dans le sol… viser cet hangar, comme point d‘immobilité apparente sur la route de La Roque d’Anthéron à Mallemort…Vous en connaissez de bonne, vous ? …250 noeuds…300…le plongeon…350 manche avant…400 noeuds… Hangar repère, format grand écran plasma…5000 pieds. Début de la courbe d’arrondi …Ailes horizontales, dernier coup d’œil badin, un peu plus de 410 kts. Ressource….Soleil dans le dos. On y va ! …Bien recroquevillé, abdominaux contractés, apnée éééééé… HAAAANNN !…Manche au ventre… 3 g,… plus un 4,… encore un 5,.. Un dernier pour la route 6 … et un p‘tit rab…. Manettes en butées avant, 22500 t/m. Le casque est lourd, il pèse sur le crâne, le masque à oxygène tire la tête les joues et le nez vers les savates. Aïe ! Tourner la tête à gauche, Aïe bis ! Fixer l’aile pile à 90° sur l’horizon. C’est sport ! TOP VERTICAL ! Manche vers l’avant, tenir la trajectoire. OK ! C’est Cap Canaveral et la navette spatiale en route pour la Lune, pareil ! Enfin…la position des pilotes uniquement, couchés dos, pieds en l’air. Gyroscopes perso recalés. Attendre un instant puis braquer les ailerons, la toupie cadence agréablement, élégamment, en souplesse. L’aile défile sur la ligne d’horizon. Belle spirale, tenir le gauchissement à fond, le paysage s’éloigne, on grimpe au ciel, le vario bloqué max, on monte toujours, la grande aiguille de l’alti enroule en folie, le badin….pas l’ temps… retour soleil dans le dos, un TOUR TOP ! Stopper sec la rotation ! Pas mal ! Altitude 15.00O pieds, ce n’est pas la Lune, ni même la station spatiale, mais ça n’ira pas beaucoup plus loin. Badin ? WHAOU ! Plus rien ! Toujours planté à la verticale, l’avion semble avoir trouvé son équilibre. Suspense. Gravité zéro !

JPEG - 1.6 Mo
Ouragans en maraude.
Souvenir… Il y a plus d’un demi-siècle, les Diables Rouges montaient la garde, briquant le Schwarzwald, jours et nuits.

Hitchcock les Oiseaux, en mieux, Manettes dans la poche. Commandes tenues au neutre, fortement bloquées. Moment d’hésitation générale, le temps s’arrête, puis sensation de descendre en marche arrière. Et c’est vrai ! Le mouvement ascendant est inversé, Regardant vers l’arrière, vers l’entrée d’air du réacteur gauche, une vaporisation de kérosène en sort, Damned ! Ho là ! Malgré la mayonnaise de tous les axes ça ne veut pas bouger. Ambiance. Manche au tableau on verra bien. Adrénaline. Attente. Après un très fort grognement, et la descente sur l’arrière, la bestiole bascule par le dos, OUF ! Quelle cloche…l’avion ! Les réacteurs ne se sont pas éteints ! On se posera ensemble, encore cette fois.

Documents joints